Fukushima : Trois ans plus tard


Toshio Nishi

Le Japon qui continue de frôler la catastrophe nucléaire, a-t-il tiré la moindre leçon de l’accident de Fukushima ?

Quand en 2011 le pire séisme de toute l’histoire japonaise a pulvérisé la côte nord du pays, des murailles d’eau salée surgies des profondeurs du Pacifique ont déferlé sur quatre des six réacteurs nucléaires situés sur la côte de Fukushima. Quoique conçus pour résister au pire séisme imaginable le long de la Ceinture de feu, les réacteurs ont rapidement succombé aux assauts de cette catastrophe naturelle et se sont brisés comme des jouets. Pour être précis, trois des réacteurs ont fondu immédiatement, ou pour être parfaitement exact, le cœur a fondu et transpercé la cuve. Le réacteur n° 4, quant à lui, a été totalement dévasté, créant des risques de catastrophe supplémentaires. Les deux autres ont simplement arrêté de fonctionner. En l’espace de quelques heures, l’un des réacteurs ayant subi une fusion a explosé, projetant son poison radioactif dans les airs, le sol, les eaux souterraines, et de manière constante, dans l’Océan pacifique. Quelque 18 500 âmes ont péri en ce jour glacial de mars. Beaucoup de victimes n’ont toujours pas été retrouvées.

Trois ans plus tard, la  sombre menace d’une autre tragédie est suspendue au-dessus de Fukushima : au quatrième étage du réacteur n° 4 – c’est-à-dire celui qui a explosé le premier jour – il reste 1 331 barres de combustible usé entreposées dans de l’eau de refroidissement dans une grande cuve en acier. La piscine, secouée par le séisme, penche d’environ 30 degrés. Les six réacteurs de Fukushima ont produit 14 225 barres de combustible usé qui sont toutes stockées de la même façon pour chaque réacteur. Pour donner une idée du potentiel de létalité de la situation, rappelons qu’une seule barre de combustible usé, qui mesure 4 mètres de long sur un centimètre de diamètre, est capable de tuer un homme en quatre secondes.

 

Crédit photo : AIEA

Pourquoi ces barres – alors qu’il y en avait tellement – ont-elles été stockées en haut des réacteurs ? Quel ingénieur de General Electric a bien pu concevoir une telle innovation ? Fut-elle inspirée par un souci de rapidité, d’économie ou reflète-t-elle une attitude d’arrogance démesurée vis-à-vis de la force de la nature ?

Parmi les responsables de la centrale, personne ne veut parler de cette piscine qui est pleine à ras bord d’éléments susceptibles de se transformer en un cauchemar inimaginable. Par miracle, la piscine ne s’est pas encore écroulée. Mais la prochaine grosse secousse ou l’usure du métal pourraient signifier la fin de la vie partout aux alentours. En cas d’effondrement, la zone métropolitaine du grand Tokyo, et les grandes villes avoisinantes comme Yokohama, qui comptent une population d’environ 33 millions, pourraient devenir un vaste désert où nul ne voudrait plus habiter. Il s’ensuivrait un exode de populations paniquées qui tenteraient de quitter un archipel dont la superficie n’atteint même pas celle de l’État de Californie.

Trois ans ont passé depuis la fusion totale qui continue de contaminer tout ce qu’elle touche. Durant tout ce temps, des particules invisibles et sans odeur dont on peut difficilement estimer les conséquences descendent sur la région à chaque fois qu’il pleut ou qu’il neige. Le 8 février 2014, Tokyo a connu les plus fortes chutes de neige depuis 45 ans.

Les habitants de Fukushima ont depuis longtemps déserté leurs maisons, leurs fermes et leurs usines, abandonnant les chiens, les chats et tous les animaux domestiques, chevaux, vaches, porcs et poulets. Ceux-ci sont aujourd’hui devenus sauvages et se multiplient. Des forêts de bambous tenaces ont pris la place des rizières fertiles et des jolis vergers. Les personnes âgées qui ont fui vers les montagnes continuent à mourir de maladies et de stress liés à leur déplacement forcé et aux effets médicaux de la fusion des réacteurs. Le nombre des nouvelles victimes se monte à 14 000, selon le gouvernement. En tout, 160 000 habitants ont fui la région et n’ont pas le droit de rentrer chez eux.

L’horreur de Fukushima, dont on ne peut imaginer la fin, figure rarement dans les médias de masse nationaux. Longtemps après la catastrophe, la communication concernant tout ce qui touche à Fukushima continue à souffrir d’un déni délibéré, ce qui est très inquiétant. Les Japonais se sont mis à lire le New York Times, le Wall Street Journal ou le Guardian pour évaluer la mesure de la catastrophe qui les frappe. Mais combien de Japonais peuvent lire un anglais d’un tel niveau ? Et pourquoi devraient-ils le faire quand le Japon dispose d’un des systèmes de médias de masse les plus avancés du monde ? Nous avons bien été obligés de nous poser la question : nos médias ont-ils des relations un peu trop confortables avec Tokyo Electric et le gouvernement Abe qui promeut l’énergie nucléaire, omettant de ce fait de publier les nouvelles alarmantes de la catastrophe ? La réponse à cette question rhétorique semble aller de soi.

Ce n’est que relativement récemment que de terrible nouvelles ont commencé à être diffusées par intermittence au Japon, comme si tout le stress émotionnel refoulé par la nation ne pouvait plus être contenu. On pense ici à l’incroyable confession de Tokyo Electric Company admettant que les réacteurs fondus avaient laissé fuir de l’eau contaminée depuis le premier jour de la catastrophe. L’entreprise a ensuite expliqué pourquoi elle avait tant tardé à publier des informations aussi accablantes : le poison s’était logé au fin fond des eaux souterraines cachées sous les réacteurs. L’entreprise est-elle vraiment incompétente au point de ne pas s’en être rendu compte immédiatement ou bien est-elle remarquablement habile à cacher l’évidence ? De même qu’une passoire en bambou ne saurait retenir l’eau, les efforts pour maîtriser le flot des informations importunes se sont révélés inefficaces.

Comment se débarrasser de l’eau contaminée

Ni le gouvernement japonais ni Tokyo Electric ne savent comment se débarrasser de l’eau radioactive qui représente aujourd’hui un volume de 500 000 tonnes. Autrement dit 400 tonnes par jour, jour après jour. Cette eau a été utilisée pour refroidir les réacteurs. Pire encore, les eaux souterraines en provenance des montagnes avoisinantes, soit quelque 1 000 tonnes par jour, coulent sous les réacteurs fondus et doivent être pompées et stockées avant de pouvoir s’écouler à leur guise dans les rivières et dans le Pacifique.

Une partie de cette eau toxique est stockée dans une piscine souterraine, remplie à ras bords, et le reste est entreposé en surface dans de grandes citernes d’acier sur le site de la centrale. Les joints de ces citernes spéciales n’ont pas été soudés, mais vissés. Pourquoi n’ont-ils pas été soudés ? En août 2013, le fabricant des citernes a expliqué qu’il avait dû les faire « rapidement et à bas prix, parce que Tokyo Electric [lui] avait demandé de se dépêcher et de ne pas dépenser trop d’argent. »

Certaines citernes ont commencé à fuir à cause de la température élevée de l’eau elle-même qui fait fondre les joints et, selon Tokyo Electric, suite à la chaleur inhabituelle de l’été dernier. Comme le refroidissement des trois réacteurs totalement fondus nécessite un flux constant de larges quantités d’eau, il faut sans cesse de nouvelles citernes. Fukushima a besoin de toute urgence de plus d’espace de stockage ou mieux encore, de citernes plus grandes pour recueillir 450 000 tonnes de plus dans les deux années à venir. Les réacteurs fondus devront être refroidis pendant encore au moins 20 ans. Étant donné qu’il n’y a pas suffisamment d’espace de stockage pour ces citernes autour des réacteurs de Fukushima, le gouvernement va-t-il faire jouer son droit d’expropriation pour acquérir des terrains privés au nom de Tokyo Electric ? Si le gouvernement achète ou saisit des terrains privés, les habitants de Fukushima pourraient se révolter.

Tokyo Electric a un autre problème, plus primaire : une horde de rats affamés. L’an dernier en 2013, l’électricité indispensable pour pomper l’eau de refroidissement a été brutalement coupée, provoquant la panique à Fukushima. Des recherches frénétiques pour trouver la cause de la coupure ont abouti à la découverte d’une boîte de circuit électrique en bois de mauvaise qualité qui contenait des fils entremêlés. La boîte avait été négligemment clouée sur un poteau de bois pour rediriger l’électricité vers les pompes de refroidissement si importantes. Un rat avait rongé les gaines des câbles électriques et s’était électrocuté. Le rat a fait la une des médias en mars 2013. Un mois plus tard, dans une autre boîte en bois, un autre rat suicidaire s’est attaqué aux gaines et a une fois de plus provoqué l’arrêt d’une alimentation électrique pourtant vitale.

La situation liée à l’eau contaminée n’est pas encore tout à fait sans issue, car l’Autorité de réglementation nucléaire [la NRA] a trouvé une solution : « Chaque goutte d’eau contaminée n’est pas immédiatement dangereuse pour notre santé ; l’eau qui est moins radioactive devrait et doit donc être relâchée en mer, dans l’Océan pacifique. » Dans le même temps, de façon intentionnelle ou pas, de l’eau contaminée s’est écoulée dans le Pacifique depuis le premier jour de la fusion des réacteurs, une réalité que Tokyo Electric a continué à nier jusqu’à récemment.

Mais tout inquiétant que ce soit, tout cela n’est rien par rapport à ce qui a été découvert dans un puits d’observation près du réacteur n°3. Le 11 juillet 2013 en effet, Tokyo Electric a mesuré au fond de ce puits de 30 mètres une concentration de césium  absolument choquante, un million de fois plus létale que le niveau acceptable fixé par la NRA.

L’eau radioactive reste active pendant des centaines d’années. Le plutonium, produit en abondance dans les réacteurs, reste mortel pendant 25 000 ans. Le démantèlement des réacteurs fondus de Fukushima lui-même prendrait plus de 50 ans et coûterait plus de 30 milliards de dollars. Et l’évaluation est optimiste. Mais le peuple  japonais, vu la désinformation qui règne sur les véritables dangers potentiels de Fukushima, a développé une forme d’amnésie collective, un mécanisme de compensation qui l’aide à vivre avec une sorte de résignation profonde vis-à-vis de l’avenir sombre qui attend le pays.

Cette amnésie a été brutalement et momentanément secouée le 27 septembre 2013 quand le président de Tokyo Electric a laissé échapper devant le comité parlementaire responsable de l’enquête sur l’accident de Fukushima : « Nous ne savons pas où se situe la source de la contamination et nous n’avons pas jusqu’à présent réussi à la contenir. » Cette franche admission a fait la une de l’actualité.

Personne n’en est mort
D’éminents politiciens qui ne ratent jamais l’occasion de se mêler au débat font la leçon à leurs concitoyens japonais en parlant de notre anxiété excédée. Ainsi la sénatrice Sanae Takaichi, proche collègue du Premier Ministre Shinzo Abe a déclaré publiquement en souriant : « À Fukushima, personne n’est encore mort de maladie liée aux radiations. » Devant une telle suffisance, on ne peut que répondre : non, pas encore. Ce qu’elle voulait dire, c’est que personne à Fukushima n’avait succombé immédiatement à l’irradiation directe comme ce fut le cas après les explosions d’Hiroshima et de Nagasaki. Faut-il donc que certains d’entre nous meurent en l’espace d’un an ou deux pour prouver que les radiations incessantes sont létales ? Ce qu’elle cherchait de manière détournée, c’était à encourager le redémarrage des cinquante réacteurs japonais restants qui ont été soumis à une « vérification minutieuse » de la part du gouvernement. Cette évaluation trop légère des risques a bien entendu agacé la population hantée par des cauchemars radioactifs et sa refus d’entendre a menacé la carrière de cette politicienne. Sur le conseil de ses supérieurs, dont le Premier ministre, elle s’est excusée et a promis de retirer toutes ses déclarations antérieures sur la politique nucléaire.

Mais le Premier ministre Abe, passant outre la gaffe de sa subordonnée, s’est ensuite rendu à Istanbul en Turquie pour y vendre les réacteurs nucléaires japonais. Il est pourtant bien conscient que la Turquie est l’un des pays les plus exposés du monde aux catastrophes sismiques. Pour convaincre, il a affirmé : «  Nous avons tiré une précieuse leçon de Fukushima. C’est pourquoi, nous aimerions, en toute confiance, apporter la technologie nucléaire avancée du Japon à la population turque, et en cas de problème, le Japon portera toute la responsabilité et le résoudra. »                                                                                                                 Cependant, nous les contribuables, continuons à nous angoisser dans un silence poli en attendant d’apprendre de la bouche de notre premier ministre favori ce qu’il en est de ces précieuses leçons que nous n’avons apparemment pas été capables de déduire des informations de nos médias et des décisions de notre administration. On n’ose quand même pas imaginer que M. Abe ait pu prononcer des mots mensongers juste pour vendre la technologie nucléaire. Après la Turquie, il s’est rendu dans les pays d’Asie du Sud-est, au Vietnam, en Thaïlande, en Inde et en Indonésie, pour vendre les réacteurs nucléaires japonais. Pour couronner le tout, notre Premier ministre, toujours si sûr de lui, a déclaré au Comité de sélection du site des Jeux olympiques : « Le Japon a réussi à maîtriser les réacteurs fondus de Fukushima. Alors s’il vous plaît, choisissez Tokyo pour les Jeux olympiques d’été de 2020. » Il a été persuasif et c’est Tokyo qui a obtenu cet honneur. Entre temps la réalité de Fukushima se révèle plus menaçante que jamais, car il ne nous reste plus de marge de manœuvre.

Le vilain strontium
Les Japonais sont conscients de marcher « sur la route du césium » [cf. l’article en anglais On The Cesium Road.] Mais ce n’est qu’une partie de l’histoire. Tokyo Electric Company vient de découvrir d’importantes concentrations de strontium dans les fuites d’eau en provenance des cuves de stockage. Cette découverte date du 5 septembre 2013, deux ans et demi après le séisme. Et pourquoi ces fuites ? « Trop de pluie, » a expliqué l’opérateur. Mettre la responsabilité des fuites sur le dos de la nature n’a pas convaincu le public, mais cela a réussi à embarrasser un gouvernement qui persiste à promouvoir le nucléaire.

Combien de strontium l’opérateur a t-il découvert ? Trente fois la concentration prétendument « sans danger » de l’Autorité de réglementation nucléaire. Mais cette autorité est plutôt tolérante quand il s’agit des risques radioactifs sanitaires et son « niveau dangereux » est tout simplement fixé très haut. Selon les normes internationales, les Japonais vivant dans la région ont été exposés à un niveau de strontium plusieurs centaines de fois supérieur à ce qui est considéré comme « sûr ».

En fait, à chaque fois, où que ce soit, que l’opérateur creuse un puits d’observation destiné à mesurer le césium et le strontium, il découvre des concentrations bien plus élevées que ce qu’il attendait. Aujourd’hui, l’opérateur et le gouvernement japonais ont trouvé une innovation technologique très coûteuse : congeler la zone la plus contaminée autour des réacteurs fondus sur un rayon d’un mile [1,6 km]. Ce cercle gelé de plus de 7 mètres de profondeur est censé arrêter les fuites, jusqu’ici impossible à stopper, d’eau contaminée dans l’Océan pacifique. L’opérateur aimerait terminer les travaux en 2015 et a déjà commencé la construction de ce mur de glace pour transformer la région en une petite toundra sibérienne. On peut essayer d’en rire, mais cela n’a rien de drôle. Les propriétés physiques de l’eau pourraient fort bien ne pas respecter ce mur de défense. Et qui va payer cette multiplication d’erreurs énormes ? Il n’a absolument pas été question de responsabilité ni de redevabilité.

Quand il est ingéré ou inhalé, le strontium s’accumule dans notre organisme, principalement dans les os et les dents. Les conséquences finales seront particulièrement terribles pour les jeunes garçons et les petites filles, les bébés et les femmes enceintes. Le césium et le strontium se retrouvent dans le lait maternel. Le césium affaiblit les muscles cardiaques et peut provoquer des infarctus. Fukushima fait déjà état d’une augmentation du nombre d’infarctus, 1,6 fois plus fréquents qu’avant les accidents.

Aucun moyen de nettoyage efficace n’est en vue. La seule chose que nous pouvons voir, c’est que Tokyo Electric a embauché de nombreux chômeurs hommes de plus de 40 ans pour laver les toits et les jardins des villes et villages contaminés et enlever la couche supérieure du sol dans les cours des écoles, les terrains de baseball et de football entre autres, comme pour exfolier la peau contaminée de la terre. Mais on ne peut pas laver les montagnes et les forêts. Les hommes qui osent travailler dans le rayon létal sont bien payés, l’équivalent de 300 dollars pour les trois heures maximum de la journée de travail autorisée par les lois japonaises. Ils ne peuvent travailler que trois mois.

Pourquoi cette limite d’âge ? Les jeunes chômeurs ont devant eux un avenir plus long durant lequel ils peuvent se reproduire et avoir des enfants. Les hommes plus âgés, surexposés à de fortes doses de radiation, montrent-ils des signes de mutation d’ADN ? Récemment, l’âge limite a été abaissé, peut-être parce que le réservoir d’ouvriers de plus de 40 ans s’est tari. Quoi qu’il en soit, un défilé même continu de travailleurs manuels armés de tuyaux d’eau et de raclettes ne saurait vaincre un monstre technologique mortel. Ces hommes qui ont travaillé près des réacteurs fondus sont environ 25 000. Le gouvernement et Tokyo Electric leur proposent des tests gratuits pour détecter les leucémies et les autres cancers ; ils ont également droit à des opérations et à d’autres soins médicaux gratuits en cas de besoin.

Comme si les Japonais avaient besoin d’une leçon de sciences supplémentaire, le ministre- adjoint de l’Éducation et des Sciences, Yoshitaka Sakurada, a déclaré au cours de la réception donnée en son honneur le 6 octobre 2013 : « Personne ne pourra jamais revivre à Fukushima ; c’est donc une solution parfaitement appropriée que de laisser tous les déchets radioactifs imbrûlables et les cendres des déchets brûlables sur place. » Le Livre blanc sur l’environnement de 2013, préparé par le cabinet Abe, a effacé la phrase « le problème environnemental le plus urgent et le plus critique est la contamination radioactive, » qui figurait de façon très claire dans le Livre blanc de 2012.

Pour les Japonais qui s’inquiètent de la radioactivité, Fukushima a été la révélation glaçante de l’incompétence, de l’irresponsabilité et de l’arrogance des personnes chargées des réparations et du nettoyage. Pis encore, les responsables ont gaspillé d’énormes sommes d’argent appartenant aux contribuables ; ils ont prolongé les souffrances de ceux qui ont directement souffert de la fusion des réacteurs et ont indirectement terni la réputation du Japon dans le monde. L’OCDE (l’Organisation  de Coopération et de Développement Économiques) a annoncé le 8 octobre 2013 que parmi ses 24 nations-membres faisant partie des économies avancées, le Japon est celui qui a les travailleurs « les plus compétents », devant la Finlande et l’Allemagne qui arrivent en deuxième et troisième positions. Quels seraient les résultats, on peut se le demander, d’une étude de l’OCDE sur la qualité de l’aptitude à diriger des présidents et des premiers ministres des pays membres ?

Tandis que la population japonaise cherche la « précieuse leçon de Fukushima » que seuls le Premier ministre et ses proches collaborateurs semblent avoir retenue, les nations de la Ceinture de feu du Pacifique ont toutes les raisons de s’inquiéter du risque potentiel de catastrophe que représentent les barres de combustible au bord de l’effondrement, si près du Pacifique.

Toshio Nishi est un chercheur attaché à la Hoover Institution [Université de Stanford]. Cet article a été publié initialement dans Defining Ideas, une revue de la Hoover Institution.

Be Sociable, Share!